>>Denis Merklen

4 octobre 2013
Auteur(e) : 
Jean Michel Henny

Vendredi 22 novembre, 16h-17h, Médiathèque Abdelmalek Sayad

Peu de personnes savent qu’en France on brûle des bibliothèques, des incendies ignorés du public et des spécialistes jusqu’à une date récente. Nous avons répertorié 68 bibliothèques incendiées entre 1996 et 2010, et nous savons que d’autres ont reçu ce type d’attaques depuis le début des années 1980. Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ? Le fait est suffisamment énigmatique pour qu’on se pose la question avec toute sa force. Le fait est suffisamment grave et significatif pour qu’on accompagne cette première question d’une deuxième. Pourquoi ces incendies n’ont attiré l’attention de personne ?

Denis Merklen est sociologue. Chercheur associé au Centre de sociologie des pratiques et des représentations politiques, il enseigne dans le Master Sociologie et philosophie politique de l’Université Paris Diderot - Paris 7. Ses recherches se trouvent au cœur de trois centres d’intérêt problématique : 1) la territorialisation (au niveau du quartier) des modes d’action et de solidarité des classes populaires, et de mise en place des politiques publiques. 2) Ce que les classes populaires « font » de la politique, ce qui l’a amené à travailler à partir du concept de politicité, lui permettant de décrire des modalités que prennent les pratiques politiques (qu’est-ce qui fait l’objet des conflits ? qu’est-ce qui reste dehors l’espace public ? qu’est-ce que relève de la violence ?). 3) Les processus d’individuation. Alors que les études des milieux populaires mettent surtout l’accent sur tout ce qui dévie ou empêche l’individuation, il s’intéresse à l’individuation comme objectif à la fois de l’action collective et des réseaux de solidarité locaux.

Du point de vue méthodologique, son travail se fait essentiellement à travers un contact intense avec le terrain. Outre la France, il a mené des enquêtes en Argentine (plusieurs terrains, dernière enquête en cours), en Chine (2007), en Haïti (2001), au Sénégal (2000-2001) et en Uruguay (plusieurs terrains, dernière enquête 2009).

Bibliographie sélective

- Pourquoi brûler des livres ? Violence, culture et politique populaires : une approche du point de vue des bibliothèques de quartier. Presses de l’enssib, 2013
- Pobres Ciudadanos. Las clases populares en la era democrática (Argentina, 1983-2003), Buenos Aires, Ed. Gorla, 2e édition augmentée par un 7e chapitre et une préface de l’auteur (1ère édition, 2005 – préface à la 1e édition de Silvia Sigal), 251 p. 2010
- Quartiers populaires, quartiers politiques, Paris, La Dispute – préface de Robert Castel, 305 p. 2009
- L’expérience des situations-limites, Ed. Karthala, ouvrage collectif codirigé avec G. Bataillon, 251 p. 2009
- Asentamientos en La Matanza. La terquedad de lo nuestro, Buenos Aires, Ed. Catálogos, 210 p. 1991

Article tiré du site : http://www.salonshs.msh-paris.fr
Rubrique:  Conférences